VOS SPORTS:
Publication partenaire

Ski de piste et de chalet à Bromont, 30 novembre 2019

Alors que les pistes du Mont Soleil étaient déjà accessibles depuis la semaine dernière, certains considèreront que la réelle ouverture de Bromont, montagne d’expériences, s’est déroulée aujourd’hui. Après un travail acharné des équipes d’enneigement et d’entretien, trois descentes étaient possibles sur le versant du Village: les pistes Bedford, Bromont (et ses variantes municipales) et Brome. Ma visite coïncidait également avec l’inauguration du nouveau chalet du Sommet, qui ouvrait ses portes au public à midi. La météo du moment était un peu étrange: alors que j’ai eu du soleil sur toute la route, un peu avant d’arriver à Granby, les nuages ont pris possession du ciel et les flocons tombaient à la station!

Dans la Bromont: les portions moins abruptes étaient en très bon état

Dans la Bromont: le dernier « pitch », toujours un peu gratté!

Si vous êtes curieux d’en apprendre davantage sur le nouveau chalet, sautez les deux prochains paragraphes! Je tiens à parler de la glisse d’abord puisque bien souvent, on redoute les conditions des pistes lors des journées d’ouverture. Ce n’était pas mon cas: en allant à Bromont, je savais que j’allais trouver de la neige fabriquée en abondance et un travail des pistes exemplaire. Bien sûr, au fil des descentes, les signes de l’achalandage (très modéré!) se faisaient sentir: quelques plaques grattées sont apparues ici et là dans les portions les plus abruptes. J’avais même osé sortir en planche à neige, c’est dire le niveau de confiance que j’avais envers l’état des pistes… et je ne l’ai pas regretté!

Cette photo est trompeuse: il y a en réalité 4 chaises pour 1 télécabine, pour un total de 72 chaises et 18 cabines.

L’entonnoir de la Bedford, vue plongeante sur la remontée hybride.

Évidemment, des conditions d’ouverture, ça veut dire: quelques pistes un peu plus étroites qu’à la normale, des possibilités de neige agglutinée dans certains virages, une consistance plus ou moins égale des flocons cristallisés… rien de scandaleux sachant la courte fenêtre d’enneigement et le redoux de la semaine dernière! L’attente à la remontée hybride était très respectable. Comme j’étais en planche, j’ai fait la princesse et attendu légèrement plus longtemps pour profiter des télécabines. Forcément, avec un ratio de 4:1, il est bien logique que la file des chaises se draine plus rapidement.

Le Mont Soleil était bien populaire aussi, malgré l’absence de l’astre!

Le Chalet du Sommet

Si vous faites partie des habitués de l’endroit qui peinaient à trouver une place confortable pour vous assoir aux heures des repas ou simplement pour prendre une pause entre deux descentes, vous voilà comblés: c’est l’endroit tout désigné et il désengorgera assurément les chalets du Lac et du Village! La conception de l’endroit allie classe, confort et utilité. Les espaces sont grands mais bien occupés, on s’y sent à l’aise en marchant avec les bottes, manteaux et casque, plusieurs crochets sont disponibles pour y suspendre nos choses… pas de doute, les habitudes des skieurs ont fait partie des priorités!

La fenestration rend l’endroit super lumineux: ici, on est à même d’admirer le paysage peu importe où on se trouve dans le chalet!

Les architectes à qui Bromont a confié le mandat de l’élaboration du chalet avaient un défi de taille: créer un espace à échelle humaine, près de la nature, sans défigurer le sommet de la montagne. La vaste (omniprésente!) fenestration donne un point de vue à 360 degrés sur les environs, les couleurs boisées et sobres du chalet permettent une intégration en douceur dans le décor, et les différents comptoirs et services sont positionnés de manière à ne pas bloquer la circulation et le mouvement des skieurs qui entrent et sortent du chalet.

Pour les caméras: Charles Désourdy, président de Bromont, montagne d’expériences, reçoit la clé symbolique du Chalet du Sommet, des mains d’Éric Pelletier de la firme d’architectes Lemay.

Le comptoir du Daffy, un des trois points de vente de l’offre alimentaire du Chalet du Sommet.

Un tout petit détail freine un peu les gens pour l’instant: les seuls supports à skis installés au sommet dotés du système Ski Key sont conçus sur le nouveau modèle du fameux cadenas. Si, comme moi, vous avez encore votre bon vieux Ski Key d’il y a plus de 10 ans… il ne tiendra pas dans l’encombrement prévu et la tige métallique qu’on doit insérer dans le cadenas n’arrive plus vis à vis l’ouverture: les plus anciens modèles Ski Key sont légèrement plus longs à cause du bout arrondi. La station a été informée de cette petite contrariété et a indiqué avoir l’intention d’installer un plus grand nombre de supports, dont ceux du « vieux » modèle. Si votre Ski Key est récent, pas d’inquiétude, votre équipement sera en sécurité!

Sur une note alimentaire, j’ai découvert avec bonheur les menus des trois points de vente: le Daffy, l’Escale et le Comptoir offrent des repas aux saveurs locales, raffinés mais somme toute abordables (allez saliver devant les menus disponibles en ligne, je me promets une flammekueche à la truite à ma prochaine visite!). Comme de plus en plus de gens, je skie avec un sac à dos contenant une gourde pour le liquide vital et j’ai été ravie de trouver non pas une mais deux stations de remplissage de bouteilles d’eau. Finies les simagrées de remplissage à même une buvette anémique dont le débit fluctue au rythme des chasses d’eau des toilettes!

Le Chalet du Sommet s’inscrit dans le fameux projet Altitude, s’étalant de 2018 à 2026. Des investissements de plus de 100M$ déjà entrepris avec la mise en place d’un système RFID et l’installation de l’Express du Village se poursuivront encore pour sept ans, période au cours de laquelle les skieurs verront plusieurs améliorations être réalisées. L’ordre exact des chantiers et travaux demeure à l’étude mais chose certaine, une revitalisation des espaces de restauration, d’accueil des skieurs ainsi que des stationnements figure sur la longue liste du projet Altitude. La direction de la station prend des décisions parfois audacieuses mais l’idée de base demeure toujours la même: améliorer l’expérience de sa clientèle. Mission accomplie!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

Vous avez aimé lire cette chronique? Dites-le nous dans les commentaires ci-bas! On aime ça vous lire aussi!

À PROPOS DE L'AUTEUR

Geneviève Larivière
Diplômée en communications et en géographie (Université Laval), Geneviève est avant tout photographe. Sa facilité pour la rédaction de textes l'a menée directement au photojournalisme. Sur les pistes de ski, elle conjugue ses passions pour la photo et les sports de glisse, toujours en quête du cliché du jour.