Comment font-ils?!

Peu importe la façon dont on se pose la question, la réponse va de soi. D’aussi bonnes conditions sanitaires et de glisse se créent de toute pièce à force de planification et d’huile de coude. Deux jours à peine après des pluies très abondantes qui ont créé beaucoup de dommage sur les pistes, Sommet Olympia revient en force avec des pistes en très bon état. Évidemment, au fil de la journée les plaques dures et glacées se manifestent. Cependant, il neige sans arrêt et ces accumulations aident un tant soit peu à réduire l’effet du passage des nombreux (mais pas trop) skieurs et planchistes. Le nombre de pistes ouvertes est limité, avec quatre remontées: deux chaises, le tapis magique et un T-bar. Ainsi, les visiteurs sont quand même bien répartis sur la montagne. Le secret le moins bien gardé c’est que le ski est à son meilleur le matin, dès l’ouverture, et avec des carres bien affûtées.

Les billets achetés en ligne sont validés électroniquement. Ça semble bien fonctionner.
Répartis entre quatre remontées, les skieurs attendent peu avant de monter.
Beaucoup de novices utilisent le tapis magique.
L’entraînement a commencé pour les coureurs.
La glisse est respectable même si les plaques durcies augmentent au cours de la journée.

De tout et de rien

Je ne ferai pas semblant qu’il y a mille choses à raconter en ces temps de glisse restreinte. La saison est loin d’être à son meilleur, alors aussi bien raconter le banal! Je suis venu seul, mais puisque nous pouvons remonter à deux personnes hors-bulle j’ai l’occasion de discuter avec des “étrangers”. Tout le monde est détendu et cherche à s’amuser. L’aspect sanitaire est très bien maintenu; les consignes sont claires et tous les visiteurs que j’ai vus sont respectueux. Dans un autre ordre d’idée, je réalise que le Sommet Olympia est ma station fétiche. Depuis 40 ans, c’est ici que j’ai le plus skié. De la patrouille à l’initiation de ma fille c’est sur ces pistes que j’ai accumulé le plus de dénivelé. La variété des pistes y est pour beaucoup. Je suis bien heureux de pouvoir descendre des pistes faciles. Je ne suis pas tout à fait rétabli d’une double fracture ouverte à la jambe. Suite à la chirurgie et après l’insertion d’un long clou tibial, ma cheville et mon mollet se montrent encore un peu réticents aux accélérations vives! Et c’est sans parler de ma tête qui rejoue sans cesse mon accident! Ainsi, quand je vois les enfants et les novices faire des grimaces de joie et de crainte combinées au tapis magique, je comprends totalement ce qui se passe entre leurs deux oreilles. Quant à vous, lecteurs de Zone.Ski, si vous n’avez pas encore commencé votre saison de glisse ou si vous vous demandez si c’est un bon moment pour venir dévaler les pistes, la réponse est: “Oui!!”. Attendez-vous à une expérience un peu différente de ce que vous connaissez et dites-vous qu’on a la chance de skier malgré la pandémie. Alors, go!

Les novices sont nombreux, et c’est un bon moment pour débuter le ski.
Les petits “pros” au repos.
Les zones d’embarquement sont clairement balisées (tsé, Covid oblige…)