Lendemain de veille 

Il y a des gens pour qui les lendemains de veille sont difficiles. Il y en a d’autres pour qui ils sont source de rédemption. C’est mon cas en ce premier de l’an 2020. Juste le chiffre fait rêver. La vision parfaite. La note absolue dans la dictée. Une sorte de nombre d’or sans la complexité ni le mystère. 2020. Wow! Une année parfaite pour célébrer cette neige salvatrice venue de l’au-delà. Je suis sauvé peu importe mes péchés. Je me confesse: je me suis moqué (tendrement) de Greta, j’ai sacré (ce n’était pas de ma faute), j’ai utilisé deux feuilles d’essuie-tout, je ne les ai pas compostées et j’ai mangé la part de gâteau de ma fille. Man, j’ai eu peur de la colère divine! Mais non, rien à craindre, la rédemption est totale. Il y a de la neige naturelle en grande quantité et pour la première fois en plus de 30 jours je skie sur du mou. Du MOU!

Lendemain de veille…
La vue classique sur le chalet d’accueil. Temps gris, mais parfait!
Les sous-bois sont fermés. Ce skieur n’a pas pu s’empêcher d’y aller quand même.

J’avais oublié cette sensation

De mes grands arcs tracés creux aucun son n’émane, sauf celui de mon rire. Derrière les skieurs, de fines volutes de neige nouvelle s’élèvent et valsent avant de s’évanouir dans l’atmosphère grisâtre de ce lendemain de chute de neige. J’ai choisi les bons skis; avec leur ligne de cote de 128-98-118, mes Rossignol Sky 7 HD sont le jouet parfait pour ces descentes frivoles. Zéro glace, zéro neige durcie (le matin, en tout cas), zéro plainte. Que des sensations joyeuses et tendres de maîtrise des virages. J’avais oublié ce que c’est! La station a savamment choisi de ne pas damer plusieurs pistes ou sections de piste. Résultat: je fais mes premiers virages en poudreuse de la saison. Et mon sourire m’arrache la face. J’ai mal aux mâchoires.

Elle est partout, la neige. Il était temps!
Je creuse des arcs silencieux et tendres.
Je pense que la petite en mange…

Pas seul

Évidemment en cette ère de recherche de plaisir, je ne suis pas seul à St-Sau (pour les initiés). La matinée débute calmement, même si de nombreux véhicules s’entassent déjà dans les stationnements. Après le lunch, c’est comme un Black Friday dans un Walmart américain (j’exagère toujours)! Du monde partout. Pourtant, on ne se pile pas sur les pieds ici. Presque toutes les pistes et « passes de poulet » sont ouvertes. Cependant, la remontée L’Étoile Atomic demeure fermée toute la matinée; je suis perplexe. La Sommet Express chauffe nos fesses. Enfin! Étrange toutefois, cette accumulation de neige entre la banquette et le dossier qui n’a nulle part où s’évacuer et qui ne fond pas faute de ne pas être sur la banquette… On a parfois le bas du dos accotée dans de la neige. Quoi qu’il en soit, la neige salvatrice, celle qui lave les péchés du monde et qui commande les « Amen », est très présente et absolument pure, divine. Dans les prochains jours, c’est ici que ça se passe!

Dés 11 heures, l’achalandage monte en flèche. Gloire aux lève-tôt!
Nos fesses ont été chauffées avec soin!