Publication partenaire

10 superbes sous-bois du Québec à dévaler en ski

27 novembre 2017 | Chronique, par Christophe Deschamps
Photo Geneviève Larivière

Chaque skieur a son terrain de prédilection. Les amoureux de la nature se retrouvent souvent dans les sous-bois, où les conditions sont parfois meilleures, loin du vent, loin du froid, loin des foules. Ce type de piste permet souvent de faire des traces dans la poudreuse tard en journée et offre aussi des défis intéressants. Quels sont les plus beaux sous-bois de la province ? Avec les années et l’expérience, Zone.Ski a réussi à dresser cette liste, que tout skieur devrait inclure dans son pèlerinage boisé!

1) La Katimavik, Parc régional de Val-d’Irène

Dès le départ, cette piste permet aux skieurs de se jeter dans un bain de poudreuse. Ensuite, les virages se succèdent avec beaucoup de facilité et de bonheur car le terrain n’est pas des plus pentus, mais l’inclinaison est bien suffisante pour profiter sans trop de stress des lignes entre les arbres. Le sous-bois est très large et son décor change à mi-piste, où on se retrouve dans une forêt de bouleaux bien aérée. Étant sur le versant Nord de la station, le retour se fait par une navette (autobus).

2) La 8 (Cathédrale), Massif du Sud

Ce sous-bois doit sa réputation à sa première portion, une longue descente douce entre des sapins très souvent remplis de neige. Le décor est simplement magique! Après s’être frayé un chemin entre les arbres, on approche le point de séparation entre une coulée (attention, il y a un ruisseau au fond!) et une sortie « de secours », qui permet aux skieurs moins fans des descentes plus techniques de sortir vers la piste damée 9. Cette solution permet d’ailleurs aux skieurs curieux de se familiariser avec la navigation en sous-bois dans un terrain où le contrôle de la vitesse est plus aisé. Mais après quelques descentes… on a encore plus envie d’y retourner!

3) La Fontaine, Le Valinouet

Populaire pour la quantité et la qualité de sa neige, le Valinouet offre avec la Gauthier un mur au départ qui rend ce sous bois difficile d’approche à première vue. Ensuite, le terrain accidenté rend les choses amusantes et sa largeur permet de se faufiler dans des coins plus cachés. C’est un sous-bois qui dévoile des secrets différents à chaque descente. Pensez à lutter contre le réflexe de suivre le devers pour trouver des lignes de neige fraiche même en après-midi!

4) La Fantaisie, Mont SUTTON

Si vous connaissez le Mont SUTTON, vous savez déjà que la Fantaisie est un sous-bois à part. Situé sur le versant « hors-piste » de la station, cette partie de la montagne est en plein soleil l’après midi et la lumière procure un décor sublime entre les bouleaux chargés de neige et l’ouverture sur les différentes coulées. Le petit retour en faux-plat dans un sentier étroit pour rejoindre les télésièges décourage souvent les skieurs et planchistes moins aguerris, laissant aux plus experts et courageux des conditions de ski fort agréables un peu plus longtemps.

5) La Munster (Forêt noire), Mont-Sainte-Anne

Il s’agit d’une des trois pistes de la Forêt noire (avec la Schnell et la Triumph). C’est un sous bois de calibre difficile, mais pas extrême. La piste est assez large et la forêt bien dégagée, ce qui facilite les virages entre les arbres et favorise l’accumulation de neige. L’impression de plonger dans un territoire inconnu est est très présente dans les premiers mètres mais il ne faut pas se laisser intimider: la Munster est plus accessible qu’elle ne le laisse croire…

6) Le secteur Nord-Est, Mont Édouard

Développé dans les dernières années, cette portion de sous-bois du Mont Édouard est accessible en empruntant une passerelle qui enjambe un petit canyon. L’aventure commence quelques mètres avant, alors qu’on prend de l’élan pour éviter d’avoir à donner trop de coups de bâton et à patiner sur le pont. Puis, le sous-bois s’offre à nous, par la portion étroite de l’entonnoir: la piste s’élargit quelques mètres plus bas et au fil de la descente, les éclaircies offrent ici et là une superbe vue vers le versant principal de la station. L’orientation de ce secteur fait qu’il est très appréciable au printemps, puisque la neige y fond moins vite.

7) La 11A, Mont Grand-Fonds

Bien que la nouvelle zone du Lynx offre dans cette station une multitude d’option pour le ski en forêt, la 11A mérite amplement sa place dans ce palmarès. Facilement accessible du sommet, ne nécessitant aucun retour sur faux-plat, la piste commence par un petit plateau qui sert de mise en bouche. Puis, une cassure dans la morphologie de la montagne rend la descente assez prononcée et offre un terrain accidenté entre les arbres et les rochers à contourner. Un beau défi qui permet aux skieurs d’aiguiser leur lecture du terrain pour préparer les virages!

8) Les Bouleaux, Mont Tremblant

Cette station offre un grand nombre de sous-bois mais Les Bouleaux, une piste du versant Soleil, est particulièrement intéressante. Son accès un peu laborieux sert de « filtre »: n’y va pas qui veut et les skieurs qui ne souhaitent pas fournir l’effort nécessaire ratent une descente magique entre des bouleaux vieillots dans un terrain de calibre intermédiaire. La sortie en entonnoir pousse souvent les skieurs à rester sur la gauche… n’hésitez pas à profiter de toute la largeur de la piste, c’est le meilleur moyen de trouver des secteurs vierges!

9) Secteur Liguori 800, Massif de Charlevoix

Bien que ce secteur soit identifié comme « hors-piste » sur la carte, il demeure tout de même accessible avec une marche de 15-20 minutes à partir du sommet du Camp Boule. Encore une fois, l’approche garantit un moins grand volume de skieurs, donc de traces! Le sous-bois est large, descend de façon assez constante et la vue y est très belle. Son orientation différente des autres pistes de même que le boisé un peu plus serré font en sorte que la neige y reste souvent belle et plus longtemps qu’ailleurs.

10) Lloyd Langlois, Mont Orford

Souvent l’un des premiers sous-bois accessibles dans la station après les premières chutes de neige significatives, il est situé sur le Mont Giroux. Son terrain est moins relevé que les pistes comme l’Écureuil ou la Porc-Épic, mais les risques de présence de cascades glacées sont beaucoup moins élevés et la descente offre tout de même un bon niveau de défi à travers les caps de roche et les diverses cassures de pente. De plus, ce secteur est souvent plus calme et mieux protégé du vent, ce qui constitue un avantage notable pour la station!

 Bien entendu, ce petit palmarès aurait pu compter bien plus de sous-bois! La géographie du Québec sert très bien les stations de ski à travers la province, permettant le développement de pistes et de secteurs naturellement intéressants et satisfaisants pour tous les calibres de skieurs. Comme nous avons déjà publié une liste des pistes les plus redoutables au Québec, le présent article cherchait plutôt à énumérer des sous-bois qui sauraient plaire à des skieurs moins experts en quête d’une petite progression dans leur niveau de ski! Et vous, quel est votre sous-bois préféré au Québec?

Ce palmarès a été initialement publié le 1er février 2016… mais comme ça nous démange d’y retourner et que c’est encore d’actualité, on vous le repropose aujourd’hui!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Christophe Deschamps