En vacances, c’est le moment de faire le vide et de profiter de chaque instant. C’est aussi le moment de faire des rencontres marquantes, mais ce que j’aime par-dessus tout, c’est d’être sur la route, et d’admirer la diversité des paysages qui décorent noter planète. Et pour dévorer des yeux cette diversité, rien de tel que traverser le Canada d’est en ouest. Du Bouclier canadien aux grandes plaines (d’où on peut mieux que nulle part ailleurs admirer l’horizon), jusqu’à l’arrivée aux confins de ces majestueuses Rocheuses, la traversée n’est qu’une succession de moments forts où l’on a le souffle coupé et où l’on se sent infiniment petit.

L’idéal pour profiter de ce voyage est sans contredit le train. À partir de la ville de Québec, le périple ne vous prendra que 4 jours, 4 merveilleuses journées qui passeront à 100 milles à l’heure. Au premier instant on oublie le rythme de notre quotidien et on s’abandonne à celui du train. Une expérience entière où l’on se sent réellement bercé jour et nuit.

Dès l’entrée de la gare, on se laisse déjà guider par les rails et par le sourire du personnel nous souhaitant la bienvenue. Confortablement assise, je lâche enfin prise et je regarde simplement le décor se transformer tranquillement heure par heure jusqu’à Toronto, où je ferai la découverte de ma nouvelle demeure pour les trois jours à venir. C’est dans cette mignonne petite cabine si bien conçue que j’ai la chance de décrocher de mon quotidien et de vivre avec mon amoureux ce que je pourrais qualifier de «voyage de noces»!

À bord, il règne une ambiance si paisible, chacun prend du temps pour soi ou pour faire de nouvelles connaissances. C’est d’ailleurs aux heures de repas, dans le wagon chaleureusement aménagé en salle à manger, que l’on vous jumellera à table à d’autres passagers (jusque-là probablement encore inconnus), ce qui vous permettra de faire de merveilleuses rencontres. Comme celle de Juan, un Argentin venu au Canada et se rendant à Calgary pour y travailler. Ou encore, cette mère et son fils profitant de ce voyage pour entretenir leurs liens. Et c’est sur les notes de James et sa guitare que nous finissions nos journées.

Déjà Winnipeg et un arrêt s’impose, question de reprendre un peu notre équilibre. De retour à bord, je retrouve cette atmosphère détendue. C’est en gravissant un petit escalier qu’on peut passer du bon temps dans le superbe dôme vitré, lieu de prédilection pour voir ces Rocheuses nous submerger. Et c’est ainsi que, jour après jour, on se laisse hypnotiser par le décor qui se déploie sous nos yeux. Un conseil, n’hésitez surtout pas à faire l’aller-retour, car l’aller ne vous suffira pas!

Une fois descendue du train, c’est à Jasper que mon aventure repart vers une nouvelle direction et un autre sens.

À mes muscles, prêts, partez…! On va maintenant à la chasse aux montagnes de skis pour finir notre saison en beauté. À bord de notre nouvelle demeure mobile, un VR, bien sûr, dans le but d’aller où bon nous semble et de suivre la température nous menant à des journées de ski mémorables.

C’est en longeant la route du parc national de Jasper, la tête vers le ciel, que nous arrivons au pied de la montagne de Marmot Basin, d’où nous débuterons notre nouveau périple à 3000 pieds d’altitude. Devant ces bowls enneigés, aucun doute, c’est là que je vais! Sans me demander pourquoi il n’y a personne… J’ai soudain compris qu’en plein brouillard, sur une surface immaculée de blanc sans trace d’un arbre à l’horizon, on y perd assurément le Nord! Mais à peine arrivée au bas de la pente, l’envie d’y retourner m’envahit. C’est comme si la montagne m’appartenait. 

Notre première journée déjà terminée, on roule maintenant vers Banff. Le spectacle qui m’attend restera gravé à jamais dans ma mémoire. C’est de loin la plus belle route que j’aie traversée: des pics enneigés qui touchent les nuages, des glaciers nous faisant face, des eaux immaculées, des rencontres de wapiti, de mouflons d’Amérique, de cerfs de Virginie… Quelles merveilles! Je ne peux m’empêcher de faire 100 arrêts pour immortaliser chacune de ces images.

Je ne voulais plus quitter cet endroit. Nous déciderons donc d’y passer une nuit, seuls avec la nature! Au soleil levant, nous reprendrons notre route vers Banff. Arrivée à Lake Louise (photo d’entête de l’article), c’est vers 11h, lorsque les nuages se sont dissipés, que j’ai eu le coup de foudre pour cette montagne. Entouré des majestueuses Rocheuses, le terrain de jeux s’étend sur 3 versants, 139 pistes, plus les bowls. Il y en a pour tous les niveaux.

Épuisés d’avoir tout donné, nous profiterons de la prochaine journée pour explorer en randonnée sur le lac Louise et jusqu’à l’arrière-pays. Nous découvrirons que quelques-uns profitent de cet endroit pour faire du back country en escaladant les montagnes et tracer ce tapis de neige immaculée. 

Nous explorerons ainsi toutes les montagnes sur notre passage ainsi que quelques magnifiques sites comme le Johnston Canyon, les Hot Springs, la forêt des cèdres géants… pour terminer à Revelstoke. Il y a de ces moments inattendus dont la vie nous fait cadeau. Cette journée fut parfaite. Durant la nuit, plus de 3 pieds de neige ont recouvert le haut de la montagne, la seule partie ouverte pour la dernière journée de la saison. Comment vous exprimer la frénésie perceptible dans l’air? Des cris de joie vibraient de partout, une neige légère faisant flotter nos âmes de skieurs rebelles. 

C’est la tête encore dans les nuages que je fais le retour en avion avec un sentiment… le Canada, c’est mon pays, et j’en suis fière!

Mes conseils

Surveillez régulièrement les aubaines sur le site www.viarail.ca. Vous pourriez faire jusqu’à 75% d’économie.

Pour un confort et la liberté de vous déplacer où bon vous semble, c’est www.canadream.com

Je tiens à féliciter Parc Canada pour son merveilleux travail pour préserver les milieux naturels équilibrés entre l’homme et la nature. Ce sont ces efforts qui permettent de nous rappeler que nous partageons notre planète avec d’autres espèces.

Article paru dans le Magazine Découvertes – volume 11 – www.decouvertesmag.com