Publication partenaire

Visage du ski: Michel Lévesque

23 septembre 2013 | Portrait, par Geneviève Larivière
Photos D. Lambert et C. Langlois

Il y en a un dans chaque famille. Il y en a un dans chaque station de ski. Un gars qui ne compte pas, qui imagine, qui offre, qui exécute, qui suggère, qui construit, un gars qui utilise sa passion comme un moteur de développement. Et le moteur de Michel Lévesque, il roule à l’huile de coude et à la graisse de neurones. Des idées et des projets, le jeune quinquagénaire de Baie Comeau en a à revendre! Portrait d’un passionné qui n’a pas fini de donner au suivant.

D’emblée, Michel m’énumère les membres de sa famille avec une fierté nullement masquée: son père, 80 ans, skie encore, de même que ses deux frères, sa conjointe, ses enfants… bref, le ski, c’est dans le sang des Lévesque. Petite précision sur papa Lévesque: Paul, de son prénom, figure parmi les bâtisseurs qui ont défriché ce qui est devenu le Mont Ti-Basse… c’est donc dire qu’il y a plus d’un passionné du ski dans la famille Lévesque! Disons-le tout de suite: sans cette famille, le paysage du ski sur la Côte-Nord serait bien différent!

Celui qui s’est familiarisé avec les sports de glisse dès son plus jeune âge a fait le choix de la planche à neige comme un mouton qui se teint en noir: il y a un quart de siècle, les skieurs dominaient largement les pistes, les planchistes ne faisaient à peu près pas partie du décor. Qu’à cela ne tienne, Michel persiste et glisse sur ses planches, traversant le parcours de certifications requises pour être reconnu comme moniteur. Notre glisseur ambidextre est donc un moniteur triplement certifié par l’ACMS (Alliance Canadienne des Moniteurs de Ski): niveau 1 ski, niveau 2 planche à neige, et niveau 1 parc à neige. Mais même le plus étincelant des CV n’a aucune valeur si le détenteur n’en fait pas un bon usage… heureusement, Michel accumule les certifications, mais ne compte pas les heures!

Questionné sur ses motivations profondes, Michel donne la réponse qui nous apparait logique: la passion, l’amour de la glisse et le plaisir de partager ses expériences sont à l’origine de toutes ses initiatives. L’enseignant en lui est comblé: voir le progrès des élèves, transmettre sa passion et être quotidiennement témoin de l’évolution de son sport et de sa station font le bonheur de Michel. Graduellement, son implication prend de l’ampleur au Mont Ti-Basse. Moniteur depuis 20 ans, il met son ingéniosité et ses énergies au service de la relève: enseignement, conception de modules, développement du parc à neige… pour enfin s’attaquer à un morceau qui fera sa fierté au cours des prochaines saisons: ouvrir des sous-bois au Mont Ti-Basse.

Le travail de planification et de défrichage se fait en alternance avec son emploi, les leçons à l’école de glisse, la vie en famille, les voyages de ski, bref, dès qu’il a un peu de temps! Michel se fera aider d’une équipe de bénévoles volontaires et les premiers coups de scie ont suivi les rubans fluos il y a déjà plus de 3 ans, pour enfin en arriver à deux nouveaux sous-bois, officiellement inaugurés lors de la saison 2012-2013. Le «Sous-bois à Michel» offre du défi pour les plus aguerris, mais un deuxième sous-bois offre quant à lui une belle balade parmi les toutous disposés ici et là pour rajouter de la magie à l’endroit*. Pour Michel Lévesque, le sentiment de mission accomplie se résume par tous les «Yahou!» «Hey wow!» «C’est donc bien l’fun ici!» qu’il peut entendre lors des descentes entre les arbres. Derrière son col, sous ses lunettes de ski, Michel sourit. 

Le sourire de Michel ne risque pas de s’effacer au cours des prochaines années. Son implication lui a valu d’être nommé «Coup de coeur Radio Canada» pour l’Est du Québec en février 2013. Flatté, un peu gêné, il a accepté de se prêter au jeu des entrevues mais précise à qui veut l’entendre qu’il ne travaille pas seul, et qu’il fait simplement ce qu’il aime! Discret sur ses ambitions, il fait cependant la promesse de rester impliqué et actif tant et aussi longtemps que sa santé le lui permettra. Chose certaine, les sports de glisse feront encore longtemps partie de son quotidien: surf, snowscoot, skateboard, ski et snowboard entretiennent son coeur d’adolescent! Il ne reste plus qu’à souhaiter longue vie et bonne glisse à Michel, sa famille, et toute la communauté impliquée au Mont Ti-Basse!

*Les sous-bois du Mont Ti-Basse ont été la cible de vandales quelques heures après l’installation et l’ouverture du sous-bois. 

Pour avoir des nouvelles à propos des sous-bois du Mont Ti-Basse, visitez la page du groupe, entretenue par Michel lui-même.

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Geneviève Larivière
Diplômée en communications et en géographie (Université Laval), Geneviève est avant tout photographe. Sa facilité pour la rédaction de textes l'a menée directement au photojournalisme. Sur les pistes de ski, elle conjugue ses passions pour la photo et les sports de glisse, toujours en quête du cliché du jour.