VOS SPORTS:
Publication partenaire

Suivez le guide à Belle Neige

29 janvier 2016 | Chronique, par Carl Tessier
Photos G. Larivière et C. Deschamps

Les basses Laurentides, c’est là que j’ai appris à skier et c’est là que j’ai découvert ma passion pour ce sport. À cause de ça, c’est dans ces montagnes – petites et familiales pour la plupart – que je me sens le plus chez moi. Plus jeune, j’ai rapidement adopté Belle Neige comme une de mes favorites. C’est une station familiale avant tout, et idéale pour emmener son conjoint et ses petits sans les perdre ni accidentellement prendre une piste trop difficile. J’y retourne encore volontiers avec des amis de niveau débutant-intermédiaire. Voici donc les cinq coups de cœur que le mini-moi de treize ans a découvert et que le grand moi adulte continue d’apprécier!

1. La familiarité

Ce qui m’a le frappé le plus dès ma première ascension vers le sommet de Belle Neige, c’est l’ambiance chaleureuse qui règne dans le chalet et sur la montagne. La clientèle étant principalement des familles, on n’y retrouve pas l’effet que j’appelle « terminal d’aéroport » où on se méfie des gens autour de nous. Le simple fait que les pistes soient sur un versant Est bien boisé (sans boulevards excessifs) donne un ton rustique et tranquille à la station, et si on laisse nos jeunes se promener par eux-mêmes, on ne risque pas de les perdre : il n’y a qu’un sommet et une seule base.

2. L’achalandage

Il semble que beaucoup de gens de Montréal s’arrêtent dans la vallée de Saint-Sauveur sans regarder beaucoup plus loin. Toutes les fois où je suis allé à Belle Neige, l’attente n’a jamais dépassé les dix minutes au télésiège quadruple, même durant la relâche scolaire, et il y a de l’espace pour circuler sur les vingt pistes de la station sans se bousculer. Lors des journées de grand achalandage, un télésiège double et une arbalète fonctionnent pour répartir la demande. (Truc : ils ont généralement moins d’attente.)

3. La variété

En bonne station familiale qui se respecte, Belle Neige dispose bien sûr d’une zone d’apprentissage bien développée et d’un bon lot de pistes pour débutants et intermédiaires. Ce qui est intéressant, c’est qu’on peut assez facilement faire une progression de niveaux jusqu’à un sous-bois double-noir (l’Orignal), en passant par de bonnes pistes droites et pentues pour le carving (la Zermatt)!

4. Le Sentier des toutous

Pour initier les petits au ski en sous-bois, le Sentier des toutous est un classique de la station et probablement la plus belle piste du genre de la province. C’est un sous-bois bien éclairci, damé à la motoneige et peu pentu, parsemé de toutous accrochés aux arbres. C’est super amusant de le descendre avec les petits et leur apprendre à passer entre les arbres dès les débuts, mais je vous confie qu’il m’arrive aussi d’y aller tout seul…

5. L’Orignal

Si le Sentier des toutous est trop… blasant, il y a l’Orignal : Un sous bois plus abrupt avec un bon défi pour les skieurs intermédiaires-avancés. Il est assez technique pour prendre plus de temps à descendre que le Sentier des toutous, surtout si vous êtes en train de descendre alors que votre conjoint(e) est dans les Toutous avec le petit. Vous arriverez peut-être en bas en même temps!

Bref… Dépassez Saint-Sauveur sur l’autoroute 15 et allez explorer la route 117 à partir de Val-David, c’est la face cachée des Laurentides! Commencez par une journée à Belle-Neige; en famille, vous ne le regretterez pas, il y en a pour tout le monde. Par la suite, vous pourrez continuer vers le nord, il y a plein de belles petites stations familiales et pittoresques.

 

Cette visite guidée fait partie de la série « Suivez le guide », réalisée par les chroniqueurs de ZoneSki. Tous les textes sont disponibles sur la page de la série!

Partagez cet article sur vos réseaux sociaux !

À PROPOS DE L'AUTEUR

Carl Tessier
Skieur depuis près de vingt ans et ZoneSkieur depuis les débuts du site en 2003, Carl n’a manqué aucune saison depuis sa première, à sept ans. Pour s’évader de son cubicule d’informaticien, il explore le Québec (et ailleurs) en quête de virages enneigés et de paysages uniques : damé, sauvage, bois, de la petite station de région au gigantesque domaine quatre-saisons.